Vous êtes ici : Ignorer les liens de navigationAccueil CoreVIH > Traitement > Analyses biologiques
 
  ANALYSES BIOLOGIQUES  

 
Tous les trois à six mois, vous devrez faire des prélèvements sanguins pour suivre l’évolution de la maladie. Vous pouvez choisir les laboratoires d’analyses privés en ville, ou les laboratoires des hôpitaux (dans certains services, vous pouvez faire vos analyses directement).
Les bilans mesurent la quantité de vos CD4 et votre charge virale. Si vous êtes traité, ce bilan mesure aussi la manière dont votre organisme réagit au traitement.
 
L’important, nous ne le dirons jamais assez, c’est de bien faire l’ensemble des examens prescrits par le médecin hospitalier : les résultats constituent des clés essentielles pour votre suivi, et donc votre santé !
 
 
Comprendre et suivre les principaux examens biologiques dans le cadre de la prise en charge de l’infection à VIH
 
L‘infection à VIH
 
Sérologie VIH : Confirme la présence du VIH dans votre organisme.
Typage lymphocytaire CD4/CD8 : Évalue la quantité de vos lymphocytes CD4 et CD8 (= globules blancs assurant la défense de votre organisme) dans votre sang afin de surveiller le bon fonctionnement de votre système immunitaire. Normalement, on a plus de CD4 que de CD8, mais le VIH, qui s’attaque aux lymphocytes CD4, a tendance à inverser ce rapport qui devient alors souvent inférieur à 1 : plus l’immunité se restaure à l’aide du traitement, plus le rapport s’équilibre. Une baisse trop importante des CD4 expose à des risques infectieux.
ARN-VIH plasmatique (charge virale) : Évalue la quantité de virus (VIH) présente dans votre sang.
Génotypage VIH Technique permettant d’identifier les éventuelles mutations de votre virus, susceptibles d’entraîner une résistance au traitement. Cet examen permet de sélectionner le traitement le plus efficace pour vous.
Le nombre de lymphocytes CD4 et la charge virale seront les 2 critères utilisés pour décider du meilleur moment pour débuter un traitement ou pour évaluer son efficacité.
 
La tolérance du traitement anti-VIH
 
Hémogramme avec plaquettes (NFS – Plaquettes) :   mesure des différents constituants du sang
 
·        Globules rouges : ils servent à transporter l’oxygène jusqu’aux organes et ramène le gaz carbonique dans les poumons pour l’éliminer.
Un dosage permet de déterminer les capacités respiratoires du sang.
Leur diminution est synonyme d’anémie (certains médicaments anti-VIH et anti-VHC peuvent provoquer une anémie). Leur augmentation est une polyglobulie.
·        Plaquettes : ce sont de petites cellules qui jouent un rôle important dans la coagulation de votre sang.
Leur diminution a pour conséquence un défaut de coagulation appelée thrombopénie (Certains médicaments induisent une trombopénie).
·        Globules blancs : ce sont des cellules appartenant au système immunitaire.
Ils servent à lutter contre les microbes, les bactéries, les infections et les parasites en détruisant les germes : ils augmentent en général lorsque le corps est “agressé” et leur diminution est la cause d’un déficit immunitaire.
 
TP (Taux de Prothrombine) / TCA (Temps de Céphaline Activée) : tests de coagulation du sang permettant de contrôler le bon fonctionnement du foie.
 
Transaminases (ALAT et ASAT)/ Phosphatases alcalines / Gamma-GT : Le VIH peut entraîner des conséquences sur vos organes, notamment sur votre foie. La mesure de ces constituants dans votre sang, appelés enzymes, permet de contrôler le bon fonctionnement du foie. En cas d’augmentation, cela signifie que des cellules de votre foie souffrent et sont détruites, ce qui a pour conséquence une libération des enzymes dans le sang. Il y a plusieurs causes possibles à cette souffrance : un médicament, l’alcool, un virus (hépatite A, B, C…).
 
Créatininémie : mesure dans le sang de la créatinine permettant de s’assurer du bon fonctionnement du rein. Il s’agit d’un produit de la dégradation des protéines par le corps.
 
Glycémie à jeun : mesure du taux de sucre dans votre sang. Son augmentation, appelée hyperglycémie, est à surveiller et à explorer, des risques d’insulino-résistance existant avec le VIH et les traitements. Des risques de diabète sont également possibles.
 
Bilan lipidique (Cholestérol total /Cholestérol HDL/ Cholestérol LDL /Triglycérides à jeun) : permet de surveiller la quantité des différentes graisses (lipides) contenues dans votre sang (certains traitements anti-VIH peuvent les faire augmenter) ; pour leur mesure, vous devez être à jeun depuis 12 heures. Une quantité trop importante de lipides dans le sang est un facteur de risque de maladies cardiovasculaires. Le cholestérol total est composé du “bon cholestérol” (HDL) et du “mauvais cholestérol” (LDL) responsable de l’obstruction des artères.
 
Bandelette urinaire (glycosurie, protéinurie) : dépistage simple, à l’aide d’une bandelette placée sous le jet d’urine, de la présence d’un constituant anormal : protéines, sucre, sang…
 
 
Les autres infections
 
AgHBs/Anticorps anti-HBs/Anticorps anti-HBc : recherche de la présence du virus de l’hépatite B (touchant le foie) dans votre sang.
 
Sérologie du VHC : recherche de la présence du virus de l’hépatite C (touchant le foie) dans votre sang.
 
Charge virale VHC : évalue la quantité de virus (VHC) dans votre sang. Cet examen est utile pour savoir si vous êtes porteur du virus (le résultat du test est alors positif), si votre traitement de l’hépatite C est efficace; si vous êtes guéri de votre hépatite C (le résultat du test est alors négatif).
 
Sérologie du VHA : recherche de la présence du virus de l’hépatite A (touchant le foie) dans votre sang.
 
Sérologie de la syphilis (TPHA/VDRL) : recherche de la présence de la bactérie responsable de la syphilis (maladie sexuellement transmissible).
 
Sérologie de la toxoplasmose : recherche de la présence du parasite responsable de la toxoplasmose (parasite intégré à l’organisme de nombreuses personnes, mais qui, à l’occasion d’un déficit immunitaire peut se « réveiller » et devenir responsable de maladies graves (toxoplasmose cérébrale par exemple).
 
Sérologie CMV : recherche de la présence du cytomégalovirus (CMV: virus qui à l’occasion d’un déficit immunitaire majeur, peut être responsable de maladies graves touchant différents organes selon sa localisation: rétine, tube digestif…
 
 
Il est important de bien faire l’ensemble des examens prescrits par votre médecin : leurs résultats constituent pour lui des clés essentielles
à une prise en charge optimale de votre santé.