Vous êtes ici : Ignorer les liens de navigationAccueil CoreVIH > Prévention Dépistage > Prévention du SIDA > Expositions au sang
 
  EXPOSITIONS AU SANG  

 

On appelle accident d'exposition au sang (AES) tout contact percutané (piqûre ou coupure avec une aiguille, lame de bistouri...) ou cutanéo-muqueux (projection sur une peau lésée/muqueuse) avec du liquide biologique potentiellement contaminant.

Quels sont les risques après un AES ?

Les agents infectieux transmissibles après un AES sont les virus VIH, VHB (hépatite B) et VHC (hépatite C).

Comment réduire ces risques ?

Le risque de transmission du VIH est évalué grâce à la grille ci-après.
 
Virus Risque après
accident
percutané
Existence
d'un vaccin
Possibilité d'un
traitement
post-exposition
VIH 0,3 % non oui, immédiatement
VHC 1 à 3 % non non
VHB 5 à 30 % oui oui, dans les 72 heures

Si nécessaire, le traitement post exposition (TPE) doit être instauré rapidement, au mieux dans les 2 à 4 heures suivant l'exposition, au plus tard, dans les 48 heures, pour une durée de 28 jours.

Le risque de transmission du VHC n'existe que si le patient source a une sérologie VHC et une PCR positive
(polymerase chain reaction : pour reconnaître la présence d'un virus ou d'une bactérie chez un malade, il suffit de prélever un échantillon biologique puis d'amplifier une séquence génétique spécifique de l'agent infectieux. Quelques fragments d'ADN bactérien ou viral suffisent). Il n'y a pas de TPE.
La surveillance de votre bilan hépatique et de votre sérologie permettra de déceler une éventuelle transmission. Cette hépatite guérit souvent spontanément ; dans le cas contraire, un traitement spécifique est administré.

Le risque de transmission du VHB est nul si votre taux d'anticorps (Ac) Anti-HBs vous protège (Ac > 10mUl/mL).

La vaccination anti VHB est obligatoire pour le personnel de santé. Toutefois, certaines personnes ne sont pas immunisées malgré une ou plusieurs injections de vaccins.
Il est donc important que chaque professionnel de santé connaisse son taux d'Ac anti-VHB. En l'absence d'immunisation et en cas d'AES (patient source porteur du VHB et votre taux d'AC insuffisant), une injection IM d'immunoglobulines et une revaccination vous seront proposées dans les 72 heures suivant l'accident.

Analyser l'AES et prévenir sa récidive

Médecin du travail, médecins référents, équipe opérationnelle d'hygiène, CLIN... sont à votre disposition pour discuter de l'accident et des mesures de prévention à mettre en place éventuellement.

La surveillance : Surveiller un éventuel traitement ET surveiller une éventuelle contamination (qu'il y ait ou non un TPE)

En cas de traitement :

Pour une efficacité optimale, bien respecter les prescriptions : éviter les oublis, respecter les horaires des prises et les doses de médicaments. Attention aux interactions entre les médicaments. Il faut impérativement signaler au médecin les traitements que vous prenez habituellement ou occasionnellement (ex : médicaments pour dormir, pour le cœur, pilule contraceptive...).
Contactez votre médecin traitant ou le médecin référent en cas de réactions ou d'effets indésirables, et pour arrêter le traitement avant la durée prévue.
Des bilans de surveillance biologiques sont prévus : bilan hépatique, rénal et numération globulaire.

Dans tous les cas :
  • La surveillance biologique est nécessaire pour vérifier l'absence de contamination.
  • La confidentialité est assurée.
  • La gratuité des soins n'est effective que pour les traitements.
Les dates et heures des rendez-vous vous seront communiquées dès la première visite avec le médecin référent. Ce suivi est organisé soir par le médecin référent, soit par votre médecin généraliste.
Un accompagnement par un psychologue peut vous être proposé si vous le désirez.
Pendant toute la durée de la surveillance médicale, protégez-vous, protégez votre partenaire sexuel (préservatif) et évitez les dons de sang.
Respectez scrupuleusement les dates des consultations. Le médecin est aussi à votre disposition si vous avez des questions à poser.