Vous êtes ici : Ignorer les liens de navigationAccueil CoreVIH > Prévention Dépistage > Prévention du SIDA
 
  PREVENTION DU VIH/SIDA  



Transmission

Parce qu’il est présent dans les secrétions génitales (sperme et sécrétions vaginales) de la personne séropositive (traitées ou non, malade ou non), le VIH se transmet à un partenaire sexuel lors de rapports sexuels non protégés (non utilisation du préservatif).

Le virus étant également présent dans le sang, la transmission peut donc être sanguine (réutilisation de seringues à usage unique chez les toxicomanes, blessure avec du sang contaminé chez le personnel soignant, les éboueurs…) Ce sont les accidents d’exposition au sang.

Lorsqu’une femme séropositive est enceinte, elle peut transmettre le virus à son enfant. Un accompagnement médical et une mise sous traitement peuvent permettre de limiter les risques de transmission, notamment lors de l’accouchement.

Le VIH étant présent dans le lait maternel, le nourrisson peut aussi être contaminé si sa mère l’allaite. C’est pourquoi le test de dépistage VIH est systématiquement proposé en cas de grossesse.

Le VIH/SIDA ne se transmet pas par la salive, la sueur, le toucher.

Vous pouvez donc embrasser, prendre vos proches dans les bras et effectuer les gestes de la vie quotidienne sans risque.

Des règles d’hygiène de vie élémentaires sont à suivre (prendre soin de vos blessures, apposer des pansements en cas de saignements, de brûlures…).

Afin de limiter les risques de transmission, les rapports sexuels doivent être protégés par l’utilisation de préservatifs.

Notons que le préservatif protège aussi contre d’autres infections sexuellement transmissibles : syphilis, infections à chlamydia, gonocoques, papillomavirus, hépatites B, etc.

Se protéger et protéger les autres

Le préservatif
  • Les préservatifs (féminins ou masculins) sont à la fois des moyens de contraception et le seul moyen efficace de se protéger contre le VIH.
  • Les préservatifs permettent aussi de vous protéger contre d'autres infections sexuellement transmissibles (syphilis, chlamydioses, condylomes ano-génitaux, hépatite B ou C, gonococcie, herpès génital, ...).
  • Contre la sur-contamination : il faut savoir aussi que si les deux partenaires sont séropositifs, il est tout de même conseillé d'utiliser des préservatifs lors des rapports sexuels. En effet, un des partenaires peut être à nouveau infecté par un virus de l'autre partenaire qui peut avoir un profil de résistance différent. Quand des infections telles que l'hépatite B (VHB) ou C (VHC) sont associées à l'infection par le VIH, leur prise en charge thérapeutique est plus compliquée et l'évolution des co-infections plus rapide.

Le préservatif masculin, c'est quoi ?

Pour trouver le préservatif qui vous convient, testez-en plusieurs. Il en existe de différentes tailles et pour tous les goûts (aromatisés, hypoallergéniques, sans latex, etc...).

L'utilisation d'un lubrifiant (ou gel) à base d'eau est recommandée. Il améliore le confort lors du rapport sexuel, évite les irritations, facilite la glisse et surtout réduit considérablement le risque de rupture du préservatif.

Le lubrifiant se trouve en pharmacie, parapharmacie et dans les supermarchés. N'utilisez jamais de produits gras tels que le beurre, les produits solaires, la vaseline et crèmes diverses ; ils abîment les préservatifs, augmentent les risques de rupture, les rendent poreux, donc inefficaces.

Comment utiliser un préservatif masculin ?

  • Ouvrir l'emballage sur un côté en faisant attention de ne pas déchirer le préservatif.
  • Placer sur le sexe en érection en chassant l'air du réservoir.
  • Dérouler jusqu'à la base du sexe.
  • Mettre du gel lubrifiant si besoin.
  • Se retirer avant la fin de l'érection.
  • Faire un noeud et jeter à la poubelle.

Le préservatif féminin, c'est quoi ?

Le préservatif féminin est une gaine souple et large en polyuréthane. Il est doté d'un anneau souple à chaque extrémité. Il s'introduit dans le vagin et en tapisse les parois.

Le préservatif féminin présente l'avantage de pouvoir être mis en place plusieurs heures avant l'acte sexuel. Cependant, il ne doit être utilisé qu'une seule fois : il faut changer de préservatif à chaque fois qu'on change de partenaire.

Vous pouvez l'acheter en pharmacie ou vous le procurer gratuitement auprès d'associations de lutte contre le sida, dont AIDES, certains CDAG (Centres de Dépistage Anonyme et Gratuit) et centres de plannification familiale.

Comment utiliser un préservatif féminin ?

  • Frotter le préservatif pour bien répartir le lubrifiant.
  • Maintenir la bague et la pincer en forme de « 8 ».
  • Introduire le préservatif dans le vagin, aussi loin que possible.
  • Pousser vers le haut en faisant attention de ne pas tordre le préservatif.
  • Au moment de la pénétration, guider le sexe de l'homme à l'intérieur du préservatif.
  • En savoir plus sur le préservatif féminin : www.lepreservatif-feminin.fr

LA PrEP
 
La PrEP, qui signifie Prophylaxie Pré-Exposition (ou Pre-Exposure Prohylaxis en anglais), est une stratégie de réduction du risque de contracter le VIH basée sur l’utilisation d’un médicament antirétroviral à prendre au cours d’une période d’exposition à un risque de contamination. Cette stratégie s’accompagne d’un suivi renforcé et individualisé en santé sexuelle.

Les résultats concluants des essais Partners PrEP1, PROUD2, Ipergay3 ou encore de la clinique Kaiser4 à San-Fransisco ont démontré l’intérêt de la mise en place d’une offre de PrEP intégrée à un dispositif complet d’accompagnement en santé sexuelle, pour les personnes les plus exposées au risque de contracter le VIH. L’observance au protocole proposé étant la clé de la réussite de cette stratégie de prévention.

Le médicament utilisé dans la plupart des essais de PrEP est le Truvada ®, combinaison de deux antirétroviraux hautement actifs contre le VIH, connus pour leur efficacité et leur faible toxicité dans le traitement des personnes vivant avec le VIH. L’usage de ce médicament nécessite un accompagnement et un suivi médical régulier.

La PrEP est recommandée pour un certain nombre de publics-clé de l’épidémie à VIH depuis 2015 en France. Prescrit et remboursé au travers d’une Recommandation Temporaire d’Utilisation France à partir de janvier 2016 , le Truvada® peut être prescrit par un médecin spécialiste dans le cadre d’une Autorisation de Mise sur le Marché pour son indication en PrEP depuis mars 2017. Vous trouverez sur ce site les lieux où il est possible de se voir prescrire la PrEP par un médecin spécialisé.

A qui s’adresse la PrEP ?

La PrEP s’adresse à toutes les personnes n’utilisant pas systématiquement le préservatif lors de leurs rapports sexuels et qui sont à haut risque de contracter le VIH. Le rapport du groupe national d’experts contre le VIH en France5 recommande l’utilisation de la PrEP en particulier chez les publics suivants :

  • Les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes séronégatifs à haut risque d’acquisition du VIH,
  • Les personnes transgenres ayant des relations sexuelles à haut risque d’acquisition du VIH

Les experts précisent que les personnes à haut risque d’acquisition du VIH sont celles

  • ayant eu des relations anales non protégées avec au moins deux partenaires,
  • ou ayant présenté plusieurs épisodes d’Infections Sexuellement Transmissibles dans l’année qui s’est écoulée,
  • ou ayant eu recours à un traitement d’urgence contre le VIH dans l’année,
  • ou encore consommant des substances psychoactives dans un cadre sexuel.

Les experts recommandent enfin l’utilisation de la PrEP chez les usagers de drogues par voix intraveineuse avec partage de seringue, personnes en situation de prostitution exposée à des rapports sexuels non protégés et toute personne en situation de vulnérabilité exposée à des rapports sexuels non protégés à haut risque de transmission du VIH.

Brochure PrEP


D'autres moyens de prévention
  • L'utilisation de seringues à usage unique chez les usagers de drogue injectable
  • Pour protéger leurs patients, les professionnels de santé utilisent du matériel stérile ou à usage unique,
  • La recherche systématique d'une séropositivité chez la femme enceinte et l'initiation d'un traitement si elle est séropositive,
  • L'utilisation exclusive de lait artificiel évite tout risque de transmission par le lait maternel chez les femmes séropositives,
  • La réduction des risques d'accidents d'exposition au sang chez le personnel soignant au moment des soins,
  • La recherche systématique du VIH sur les dons de sang diminuent le risque de transmission du VIH

Aujourd'hui, l'association de plusieurs médicaments permet de diminuer la présence du virus dans l'organisme jusqu'à le rendre indétectable. Mais aucun traitement ne permet d'éradiquer totalement le virus de l'organisme et une personne séropositive peut transmettre le virus toute sa vie.

En cas de doute ou de prise de risque le dépistage est le seul moyen de savoir si l'on est ou non porteur du VIH: cf le dépistage en Auvergne-Loire