Vous êtes ici : Ignorer les liens de navigationAccueil CoreVIH > Complications > VIH et cancer
 
  VIH ET CANCER  

 
Les cancers deviennent une des causes de mortalité les plus importantes chez les patients infectés par le VIH.
 
Le graphique ci-dessous qui vous montre l’évolution des causes de mortalité en France entre l’année 2000, 2005 et 2010, dévoile qu’en 2010, les décès par cancers représentent 22% des décès chez les patients infectés par le VIH.
 

 

L’étude ONCOVIH publiée en 2006, a permis d’effectuer une estimation du nombre de cas de cancers survenus en France chez les patients infectés par le VIH. Il s’est avéré que cette année là, 1 320 (IC95% = [1271-1368]) ont été diagnostiqués. L’incidence estimée est donc de 14 pour 1 000 patients-années.
 
Ainsi, l’incidence des cancers est dix fois celle des infarctus du myocarde.
 
Les cas recensés ont été étudiés et le tableau suivant montre la fréquence des différents cancers selon le sexe.
 
 

Hors cancers du poumon, cancers les plus fréquents associés à des virus (EBV, HHV8, HPV, HBV, HCV,…)
 
Les autres données importantes sont les suivantes :
 
 1/ les cancers sont diagnostiqués chez des patients âgés de 47 ans en moyenne, ayant un taux de CD4 plus bas que ceux observés chez l’ensemble des patients infectés par le VIH suivis à l’hôpital.
 
2/ Les patients diagnostiqués avec un cancer classant ont le plus souvent des charges virales > 500 copies/mL.
 
3/ Le risque de survenue de cancer est significativement moins élevé en cas de taux de CD4 > 500/mm3.
 
L’incidence des cancers chez les patients VIH est supérieure à celle observée dans la population générale.  
 
Le tableau suivant fait état de ces incidences :
 
Cancer (majoration du risque)
Lien
Anal (x 40 à 100)
HPV
Hodgkin (x 10 à 30)
EBV
Vulve et vagin HPV (x 20)
HPV
Foie (x 7)
HCV, HBV
Poumon et ORL (x 2 à 3)
Tabac, HPV ?
Mélanome (x 2)
Soleil
Etc… (x 2)

Sans oublier
LMNH
EBV
Kaposi
HHV8
Col
HPV
 
Les autres caractéristiques communes des cancers survenant chez les patients infectés par le VIH sont les suivantes :
·        une évolution plus péjorative
·        un risque de récidive plus élevé
·        un risque d’interactions entre les agents anticancéreux et antirétroviraux
·        des survies moindres, comparées à la population générale.
 
Afin d’optimiser la prise en charge des patients infectés par le VIH atteints de cancer, de créer une standardisation de la prise en charge des cancers survenant dans cette population, de permettre un accès des patients à des centres de références à l’échelon national et ainsi d’améliorer l’offre thérapeutique aux patients, la collaboration entre les équipes de cancérologie de proximité et les équipes spécialisées dans l’infection à VIH ainsi qu’ une collaboration étroite entre ces centres experts est indispensable.
 
Ainsi ont été mises en place des Réunions de Concertation Pluridisciplinaires locales en lien éventuel avec le centre de référence du groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière qui devrait se mettre en place.
 
La fiche spécifique RCP est un lien nécessaire et utile aux équipes.